Le diabète est défini par un taux trop élevé de glucose (sucre) dans le sang. Le taux de sucre dans le sang est normalement contrôlé par l’insuline, une hormone secrétée par le pancréas. Chez l’individu sain, l’insuline favorise l’absorption du sucre par les cellules pour qu’il soit utilisé ultérieurement comme source d’énergie. Quelles sont les avancées du traitement contre le diabète ?

Je fais un don pour lutter contre le diabète
traitement diabète

 Les chiffres clés du diabète

Étude INSERM en 2019

3.5M

de français touchés
en 2019

451M

de cas dans le monde
en 2017

693M

de cas estimés
en 2045

5M

de décès attributés au diabète de type 2
en 2017

850M$

en dépenses de santé publique en relation avec le type 2
en 2017

77ans

Âge moyen du pic d'incidence

 Quels sont les symptômes du diabète ?

Le diabète évolue silencieusement pendant de nombreuses années et reste longtemps asymptomatique. Pour ces raisons, le diagnostic du diabète est le plus souvent réalisé lors d’un bilan sanguin pour une autre pathologie. Les symptômes qui peuvent apparaître (en dehors des symptômes propres aux complications du diabète) sont peu spécifiques :

  • Sensation de faim et de soif
  • Fatigue
  • Besoin fréquent d’uriner
  • Peau sèche
  • Démangeaisons
  • Vision floue

diabète fatigue
recherche médicale

 Les causes et facteurs de risque

On distingue deux types de diabète dont les causes et la prise en charge sont différentes :

  • Le diabète de type 1 survient chez les sujets jeunes, souvent pendant l’enfance et est du a une destruction auto-immune des ilots pancréatiques qui ne secrètent plus d’insuline.
  • Le diabète de type 2 (90% des cas de diabète) survient plus tard, à l’âge adulte, en relation avec la résistance à l’insuline (les cellules hépatiques, musculaires et adipeuses sont moins sensibles à l’action de l’insuline ; le résultat est l’augmentation du taux de glucose dans le sang et de la sécrétion d’insuline par le pancréas – hyper insulinémie, jusqu’à l’épuisement des cellules pancréatiques).

Les principaux facteurs de risque du diabète de type 2 sont liés à l’hygiène de vie : alimentation trop grasse et trop sucrée, sédentarité, obésité. D’autres facteurs qui peuvent intervenir sont certains médicaments (ex neuroleptiques) ou la flore intestinale déséquilibrée (microbiote).

 Les évolutions et conséquences

Les complications chroniques du diabète surviennent à long terme en générale après 10 à 15 ans d’évolution et sont liées essentiellement à athérosclérose multi organes :

  • AVC : accident vasculaire cérébral
  • Infarctus du myocarde : chaque année on compte 1000 décès parmi 10 000 diabétiques hospitalisés pour un infarctus du myocarde
  • Amputations des membres inférieurs – artériopathie : chaque année 9 000 diabétiques sont amputés
  • Dialyse – néphropathie : chaque année 3 000 diabétiques sont dialysés ou subissent une greffe du rein

D’autres complications liées au diabète sont :

  • Oculaires – rétinopathie diabétique
  • Nerfs périphériques – neuropathie
  • Hépatique – le diabète est un facteurs de risque indépendant pour l’accumulation des graisses dans le foie (maladie de « foie gras » ou la NAFLD) et pour le cancer du foie.

traitement diabète

 Quel traitement contre le diabète ?

Les mesures d’hygiène de vie jouent un rôle majeur dans la prise en charge du diabète et visent :

  • Une alimentation équilibrée,
  • Une augmentation de l’activité physique,
  • Une perte de poids.

Les principaux médicaments utilisés dans le traitement du diabète sont :

  • Le metformine, les sulfamides hypoglycémiantes pour stimuler la sécrétion d’insuline,
  • Les inhibiteurs de DDP4 qui bloquent la dégradation du GLP1,
  • Les SGTL2, ou iSGTL2 qui inhibent la réabsorption du glucose au niveau du rein.

Les agonistes du récepteur du glucagon-like peptide-1 (GLP1) sont utilisés maintenant à large échelle et agissent par plusieurs mécanismes. Ils ralentissent la vidange gastrique, limitent l’appétit et stimulent la sécrétion d’insuline, mais uniquement en cas d’élévation de la glycémie (évitent ainsi le risque d’hypoglycémie).

 La recherche au service du traitement contre le diabète

La recherche sur les bases moléculaires du diabète jusqu’à l’amélioration de la prise en charge des patients diabétique est très ancienne et toujours extrêmement active. Elle a permis des progrès considérables sur la compréhension et la prise en charge de cette affection, si bien qu’aujourd’hui le diabète est plus un état qu’une maladie.

 La mission de l'IHU ICAN

À l’IHU ICAN, la recherche sur le diabète englobe les aspects les plus fondamentaux jusqu’à l’aide au quotidien des patients. Ainsi, les équipes s’intéressent aux liens entre le diabète et d’autres maladies métaboliques comme la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) avec des pistes de recherche originale : rôle des lipides des membranes cellulaires (sphingolipides) ou de certaines cellules du foie notamment impliquées dans l’inflammation.

Nos équipes travaillent notamment sur :

  • La relation entre le vieillissement du tissu adipeux et la résistance à l’insuline, véritable état pré diabétique,
  • L’impact sur l’insulino-résistance de la chirurgie bariatrique, qui vise à réduire la masse grasse,
  • L’impact du diabète sur les maladies cardiaques, notamment l’insuffisance cardiaque, en étudiant les effets bénéfiques sur le cœur de nouveaux médicament antidiabétiques,
  • La prise en charge innovante du pied diabétique, pouvant conduire à l’amputation, en collaboration avec les étudiants ingénieurs du campus qui ont développé un semelle connectée pour la prévenir.

nash recherche foie