Traitement de l’obésité : étude sur les mécanismes protecteurs des acides gras oméga-3

L’obésité est aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), au moins 2,8 millions de personnes décèdent chaque année en raison de leur surpoids ou de leur obésité. Le nombre d’enfants et d’adolescents obèses a été multiplié par 10 au cours des 4 dernières années.

L’obésité est fréquemment associée à des désordres métaboliques, tels que la résistance à l’insuline, le diabète de type 2 et les maladies du foie non alcoolique, qui sont des facteurs de risque importants pour les maladies cardiovasculaires.

Soutenu par la Fondation Carrefour et porté par le Dr. Wilfried Le Goff (INSERM UMR_S1166 – IHU ICAN), le projet de recherche intitulé « Etude des mécanismes protecteurs des acides gras oméga-3 dans l’obésité » a pour objectif de permettre une meilleure compréhension des effets bénéfiques des acides gras polyinsaturés oméga-3 dans l’obésité. Il permettra ainsi de proposer de nouvelles approches thérapeutiques pour lutter contre le développement de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2.

Le rôle des graisses non saturées dans la prévention de l’obésité

Une mauvaise alimentation constitue un facteur de risque important dans le développement de l’obésité, du diabète et des maladies cardiovasculaires. L’OMS recommande de limiter l’apport énergétique provenant de la consommation de graisses en réduisant la consommation de graisses saturées au profit de graisses non saturées.

Quoique le rôle bénéfique des graisses non saturées dans la prévention des désordres métaboliques associés à l’obésité soit largement accepté, les mécanismes sous-jacents sont toutefois moins clairs.

Ces derniers reposeraient principalement sur les effets protecteurs associés aux acides gras polyinsaturés (AGPI) de type oméga-3 notamment contre le développement de la résistance à l’insuline, du diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires.

D’un point de vue mécanistique, les AGPI oméga-3 réduiraient notamment l’inflammation du tissu adipeux, l’organe de stockage des acides gras, à l’origine du développement de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2 au cours de l’obésité. Toutefois, les mécanismes précis ne sont pas connus.

L’étude des mécanismes protecteurs des acides gras oméga-3

Les travaux de l’équipe du Dr W. Le Goff (INSERM UMR_S1166 – IHU ICAN) ont permis d’identifier une enzyme qui module le contenu en AGPI oméga-3 des macrophages, les cellules clés qui contrôlent l’inflammation dans le tissu adipeux. Les résultats préliminaires indiquent que l’expression de cette enzyme mobilise les AGPI oméga-3 des membranes des macrophages pour réduire l’inflammation.

Ce projet de recherche actuel vise donc à déterminer si l’action bénéfique des AGPI oméga-3 sur le développement de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2 au cours de l’obésité requiert l’action anti-inflammatoire de cette enzyme dans les macrophages du tissu adipeux.

Le projet permettra une meilleure compréhension des effets bénéfiques des AGPI oméga-3 dans l’obésité et permettra de proposer de nouvelles approches thérapeutiques pour lutter contre le développement de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2.

Au sein de l’IHU ICAN, la plateforme ICAN Omics réalisera les analyses lipidomiques et la plateforme ICAN BioCell Flow Cytometry réalisera le tri cellulaire.

Ils soutiennent ce programme de recherche

Le soutien de la Fondation Carrefour contribuera au financement d’un poste de chercheur en contrat doctoral, de l’isolement des macrophages du tissu adipeux de patients obèses par tri cellulaire et de leur analyse transcriptomique.

Ce programme de recherche bénéfice également des financements de la Société Francophone du Diabète, de l’Alliance Sorbonne Université (Programme Emergence) et de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

« Le soutien de la Fondation Carrefour sera essentiel pour ce programme de recherche étudiant la contribution du remodelage lipidique membranaire des macrophages du tissu adipeux dans le rôle anti-inflammatoire des AGPI oméga-3. Ces travaux qui seront menés par une chercheuse doctorante de notre équipe permettront des avancées majeures dans la compréhension des mécanismes protecteurs des AGPI oméga-3 dans l’obésité. »

Wilfried Le Goff – Chef d’équipe Métabolisme lipidique cellulaire dans les maladies cardiovasculaires – UMR 1166 / IHU ICAN